Aller au contenu principal

Denis LIMA

Petit déjà, Denis est sidéré par les génériques de fin des séries. Faut-il autant de monde pour faire « L’HOMME QUI VALAIT TROIS MILLIARDS » ? « MACGYVER » ? et « L’AGENCE TOUS RISQUES » ? Si les petits bonhommes qu’on voit à la télé n’y habitent pas vraiment… Mais où vivent donc ceux qu’on ne voit même pas ? C’est avec cette fascination pour la télévision que Denis développe un goût démesuré pour les séries avant de vivre une révélation : Stephen J. Cannell, le monsieur qui tire de manière nonchalante la feuille de sa machine à écrire à la fin des épisodes, est le créateur de ses séries préférées. C’est entendu, plus tard, il fera Stephen J. Cannell.

Alors Denis file à Paris VIII pour étudier le cinéma et se rend à des cours de philo où on étudie Derrick. Après sa licence, il devient monteur pendant quelques années, transfère des kilomètres de film de famille ennuyeux. Imaginatif, il laisse aller son esprit à des histoires un peu plus drama. Son premier fait d’arme : une histoire vendue à TF1 pour la série « RIS, POLICE SCIENTIFIQUE » avec Bruno ORÉ. Grâce à son esprit cartoon, Denis écrit aussi pas mal pour  l’animation (« KAELOO », « LES DALTON », « LES LAPINS CRÉTINS : INVASION », « ANGRY BIRDS TOONS », « TITEUF ») et se plaît à s’essayer à tous les genres.

Récemment, il voit son projet de thriller industriel « GRANDPUITS » optionné et obtient le Fonds d’aide à l’Innovation avec Bruno ORÉ (oui encore lui) et Myriam DUPUIS pour un drama policier intitulé « PROTECTION D’ÉTAT ». Depuis, il traque les belles histoires, cherche à mettre au point le formula show magique et le prochain “Six Feet Under”.

La formation « Le grand atelier série 52’ » du CEEA» ne lui inspire pas que des séries, il voit à l’oeuvre la dynamique de groupe. Convaincu que l’écriture est un processus qui doit se faire à plusieurs, il participe à la fondation du CLIFF. Pour Denis, c’est une évidence : il y a tellement d’histoires à raconter tous ensemble.

CV